Les fêtes du feu des solstices

~ 3 ~

arrow left

retourner

Les fêtes du feu des solstices dans les Pyrénées

arrow right

continuez

Les fêtes du feu sont célébrées dans plus de 120 communes des Pyrénées, même si seulement 63 sont reconnues dans le dossier de l’UNESCO.

Ces fêtes constituent un exemple de célébrations sociales qui, créées et soutenues au fil des générations dans chaque communauté locale, ont fini par se convertir en « patrimoine de l’humanité » et de surcroît en un patrimoine transfrontalier entre trois États (Espagne, France, Andorre) et diverses régions (Aragon, Catalogne, Occitanie).

Elles sont, en outre, l’un des éléments symboliques les plus utilisés pour définir une identité pyrénéenne commune à toutes les Pyrénées.

Pour les villages qui les célèbrent, ces festivités sont un évènement d’une importance particulière, une occasion pour régénérer les liens sociaux et renforcer les sentiments d’appartenance, d’identité et de continuité des communautés.

Bien que toutes ces fêtes aient des éléments communs, les formes de célébration sont très diverses. Les manières de les nommer sont aussi variées et, selon les villages, les dates des festivités diffèrent.

Différents types de fêtes

On peut essentiellement parler de trois grandes formes de célébration :

1)      Les falles (flambeaux) qui sont enflammées au faro et sont descendues au village par un groupe de fallaires (porteurs de flambeaux), suivant un parcours plus ou moins long, qui dessine un serpent ondulant sur le flanc de la montagne. Au village, le reste de la population les attend pour allumer d’autres flambeaux ou une falla plus grande ou un second faro. C’est le modèle le plus fréquent en Catalogne et en Aragon.

2)        Les haros et brandons, dans lesquels la fête est célébrée autour d’un fût d’un arbre, qui est préparé quelques mois ou même un an avant, puis il est enflammé la nuit de la fête. C’est le modèle qui prédomine en Occitanie, Val d’Aran inclus. Les festivités s’articulent autour de sa crémation sur un terrain vague ou sur la place d’un village. Cette torche géante est généralement connue sous le nom de « brandon », terminologie provenant d’un francisme, mais d’autres termes occitans sont aussi utilisés comme eth halhar dans la zone de Luchon, eth har dans d’autres parties du Comminges et du Couserans, eth haro et eth taro dans le Val d’Aran.

3)      Les falles sont allumées dans le village et une procession est organisée dans les rues du village. Dans certaines communes, comme à Andorre-la-Vieille, les falles défilent et on les fait virevolter, créant ainsi des boules de feu. Faire virevolter les falles se pratique aussi dans certains villages des typologies précédentes, comme à Les ou à Saúnc.

Différentes dénominations

On célèbre les falles (flambeaux) et les brandons dans des territoires où l’on parle plusieurs langues (catalan, occitan, castillan, français, aragonais). Pour cela, et selon le type de cérémonie, ils reçoivent différents noms.

  • La Cremada de Falles (La crémation des Falles) (Andorre)
  • Les Falles (Isil, Saünc, Bonansa)
  • Baixada de Falles (Descente des Falles) (Vilaller, Montanui, Aneto, Castanesa, Senet, Alins)
  • Córrer les Falles (Course des Falles) (Erill la Vall, Boí, Barruera, Durro, Taüll, el Pont de Suert, Casós, Llesp)
  • Corré las Fallas (Course des Fallas) (Les Paüls)
  • Festa de la Falleta (Fête de la petite Falla) (San Chuán de Plan)
  • Las Fallas (Bonansa)
  • Le Brandon de la Saint-Jean (et de la Saint-Pierre) (Bagnères-de-Luchon)
  • Crema deth Taro (Crémation deth Taro) (Arties)
  • Crema deth Haro e des Halhes (Crémation du Haro et des Halhes) (Les)
  • Quilhadeth Haro (Les)
  • La Biga (Senet)
  • La Fia-faia (Bagà et Sant Julià de Cerdanyola)
  • Falles de la Verge de la Ribera (La Pobla de Segur)
  • Brandon, Eth Halhar, Eth Haro, Eth Har, Era Halha (occitan)

Calendrier des célébrations

La majoria de les festes es fan a la nit de Sant Joan. Tanmateix, a alguns pobles es fan coincidint amb la Festa Major o en d’altres dates.

JUIN

Samedi le plus près du jour de la Saint-Cyr (16 juin)

  • Durro (Alta Ribagorça/Haute Ribagorce)

17 juin (Mare de Déu de la Ribera)

  • La Pobla de Segur (Pallars Jussà)

Samedi du week-end antérieur à la Saint Jean (24 juin)

  • Senet (Haute Ribagorce)

Nuit de la Saint Jean (23 juin)

  • Alins (Pallars Sobirà)
  • Andorra la Vella (Principauté d’Andorre)
  • Arties (Val d’Aran)
  • Boí (Haute Ribagorce)
  • Bonansa (Ribagorce)
  • Casós (Haute Ribagorce)
  • El Pont de Suert (Haute Ribagorce)
  • Encamp (Principauté d’Andorre)
  • Escaldes-Engordany (Principauté d’Andorre)
  • Gotarta (Haute Ribagorce)
  • Isil (Pallars Sobirà)
  • La Guingeta d’Àneu (Pallars Sobirà)
  • Laspaúls (Ribagorce)
  • Les (Val d’Aran)
  • Montanui (Ribagorce)
  • Saúnc (Vallée de Bénasque)
  • San Chuán de Plan / San Juan de Plan (Sobrarbe)
  • Sant Julià de Lòria (Principauté d’Andorre)
  • Suils / Suils (Ribagorce)
  • Vilaller (Haute Ribagorce)
  • Villarué (Ribagorce)

Autour du 24 juin

  • Anla (Barousse, 65)
  • Antichan (Barousse, 65)
  • Aveux (Barousse, 65)
  • Bagnères-de-Luchon (Comminges, 31)
  • Bertren (Barousse, 65)
  • Bramevaque (Barousse, 65)
  • Casarilh (Barousse, 65)
  • Créchets (Barousse, 65)
  • Esbareich (Barousse, 65)
  • Ferrère (Barousse, 65)
  • Gembrie (Barousse, 65)
  • Ilheu (Barousse, 65)
  • Izaourt (Barousse, 65)
  • Juzet-de-Luchon (Comminges, 31)
  • Loures-Barousse (Barousse, 65)
  • Mauléon-Barousse (Barousse, 65)
  • Montauban-de-Luchon (Comminges, 31)
  • Moustajon (Comminges, 31)
  • Oô (Comminges, 31)
  • Ourde (Barousse, 65)
  • Sacoué (Barousse, 65)
  • Saint-Aventin (Comminges, 31)
  • Saint-Mamet (Comminges, 31)
  • Sainte-Marie (Barousse, 65)
  • Saléchan (Barousse, 65)
  • Salles-et-Pratviel (Comminges, 31)
  • Samuran (Barousse, 65)
  • Sarp (Barousse, 65)
  • Siradan (Barousse, 65)
  • Sost (Barousse, 65)
  • Troubat (Barousse, 65)
  • Vallée d’Oueil (Comminges, 31)

Premier week-end après la Saint-Jean (24 juin)

  • Barruera (Haute Ribagorce)

Dernier samedi de juin :

  • València d’Àneu (Pallars Sobirà)

Saint-Pierre (28 juin)

  • Castanesa (Ribagorce)
  • Ordino (Principauté d’Andorre)

JUILLET

Premier samedi de juillet

  • Alós d’Isil (Pallars Sobirà)
  • Aneto (Ribagorce)

Samedi de la fête patronale de Saint-Christophe (10 juillet)

  • Erill La Vall (Haute Ribagorce)

Quatrième samedi de juillet

  • LLesp (Haute Ribagorce)

Vendredi du troisième week-end de juillet

  • Taüll (Haute Ribagorce)

Nuit de Noël (24 décembre)

  • Bagà (Berguedà)
  • Sant Julià de Cerdanyola (Berguedà)

Éléments communs

Malgré cette diversité, ces festivités ont beaucoup de points communs : un grand feu visible par tout le monde (par exemple le faro où s’enflamment les falles [flambeaux], les brandons ou les grandes falles) et des falles de formes diverses qui sont portées aussi bien par des enfants que par des adultes. Le feu, la fumée, le charbon, la musique, l’eau et l’ambiance sur la place sont autant d’éléments en commun. Elles partagent aussi tout un ensemble de pratiques associées au feu purificateur, dont on pensait qu’il protégeait les maisons et augurait de bons présages, et pour cela on gardait dans les maisons (et on garde encore !) des morceaux de bois calciné. Comme dans beaucoup d’autres cérémonies d’été en relation avec le feu partout dans le monde, cette nuit-là est vue comme une nuit magique, comme un symbole du cours du temps ; ou bien comme la nuit de l’amour qui, dans de nombreux cas, était à l’origine de mariages ou au cours de laquelle les jeunes mariés jouaient un rôle important.