La crémation des haros et des brandons

~ 7 ~

arrow left

retourner

La crémation des haros et des brandons

arrow right

continuer

Dans les communes du versant nord, en Occitanie, la fête tourne autour d’un grand tronc qui trône au milieu de la place du village ou sur un terrain vague. C’est lui qui préside les festivités en étant brûlé. Les noms donnés à ce fût d’arbre diffèrent en fonction des langues et des dialectes : eth har, eth halhar, eth haro, eth taro ou le brandon. Dans certains villages catalans et aragonais, on plante également un tronc pour qu’il soit brûlé lorsque les falles arrivent. Celui-ci est appelé grande falla ou même faro. Dans certaines localités aragonaises, deux faros sont préparés : l’un sur la place du village où arriveront les falles et l’autre au point de départ de la descente des faros.

Le brandon est la grande fête communautaire de toutes les communes qui le pratiquent. À la différence des falles individuelles, toute la fête est collective ; autour du bûcher, les habitants de chaque village renouvellent leurs liens communautaires et sociaux, renforçant ainsi l’identité de la collectivité. En Occitanie, cette fête se pratique dans plus de quatre-vingt-dix communes dont seulement un tiers sont inscrites au registre de l’UNESCO.

Le brandon en Comminges et en Barousse

La caractéristique commune aux brandons qui se font en Comminges et en Barousse (Occitanie) se base sur des techniques traditionnelles liées à un tronc d’arbre travaillé : le brandon est un arbre coupé puis fendu dans le sens de la longueur avant d’y insérer des coins en bois, puis il est ensuite laissé pour qu’il sèche pendant quelques mois avant d’être enflammé au cours de la fête de la Saint-Jean en juin. Certains sont très travaillés, comme celui de Régades (avec 800 coins), alors que d’autres sont très simples, avec simplement quelques fentes faites dans le bois. Le brandon est brûlé par une personnalité reconnue : il s’agit principalement d’autorités locales ou religieuses, d’un dirigeant associatif ou d’une personne dont le nom est « Jean » (comme à Bertren ou à Bezins-Garraux). L’axe de l’arbre brûlera lentement grâce à l’air qui circule à l’intérieur, de sorte que les flammes sortiront par la cheminée formée par le haut du tronc partagé.

Diverses personnes et collectifs participent à l’organisation de l’événement : les services techniques, la mairie, les comités des fêtes, certaines familles, les associations locales ou des bénévoles peuvent se charger du travail de l’arbre et de l’animation de la fête. La transmission de la manière dont on célèbre la fête se fait de génération en génération, dans les familles, même si les différentes associations qui l’organisent y jouent un grand rôle.

La fête de Bagnères-de-Luchon est l’une des plus connues. Depuis que des registres historiques existent, seules les trois années 2013, pour cause d’inondations, et 2020 et 2021, à cause de la COVID-19 n’ont pas vu le brandon être enflammé. La mairie, au travers de ses services techniques et d’animation, joue un rôle important dans le soutien, la diffusion et la tenue annuelle de la fête. La crémation se fait tous les ans devant l’établissement thermal de Bagnères-de-Luchon. Elle est aussi célébrée dans tous les villages alentour. Arrivés au parc thermal, le maire et le prêtre, qui ont participé au défilé, allument ensemble le brandon qui brûle pendant une bonne heure jusqu’à ce qu’il s’effondre et finisse par se casser. À ce moment-là, les jeunes courent (ou couraient) jusqu’au feu encore incandescent pour y prendre un tison et le faire tournoyer dans l’obscurité de la nuit, poursuivant les jeunes filles pour tenter de les noircir avec de la suie. De nombreuses personnes emportent un petit morceau de bois calciné qu’elles ramènent pour le garder chez elles. La croyance veut qu’il porte bonheur à tout le foyer pour l’année à venir…

Les fêtes du haro et du taro dans le Val d’Aran

À Les, eth haro est planté pour la Saint-Pierre et y reste jusqu’à la Saint-Jean suivante. La semaine précédente, pour la Saint-Jean le 23 juin, le Haro est brûlé sur la place du village. Une fois la bénédiction faite, il est enflammé et un groupe de jeunes fait rouler les halhes pendant qu’il brûle. Ces dernières constituent un élément de grande importance de la fête et sont fabriquées à partir d’écorces de cerisier, déposées les unes sur les autres et liées à l’aide d’un fil de fer. Les plus jeunes les font tourner au-dessus de leurs têtes comme des projectiles de feu. Ils symbolisent ainsi la distribution de l’élément purificateur dans tous les coins du village. Une fois que les halhes ont brûlé, le bal commence avec le groupe local aranais vêtu d’habits traditionnels aux couleurs vives, avec des danses caractéristiques et joyeuses comme les Aubades, eth Tricotèr, eth Cadrilh et le Balh Plan. La nuit est remplie de nombreux éléments symboliques et de croyances : c’est aussi la nuit de l’amour au cours de laquelle, dans le temps, les couples se fiançaient. La fête, d’un autre côté, est très caractéristique de l’identité aranaise avec ses musiques, danses et instruments traditionnels gascons qui ont été récupérés grâce au travail du groupe Es Corbilhuèrs.

À Arties, le feu prend la forme fréquente en Occitanie : la crémation d’un taro. Néanmoins, il comporte la particularité qu’il est traîné dans les rues et sur les places d’Arties dès sa mise à feu, accompagné de musique et des cris d’émoi des spectateurs et des personnes qui sautent par-dessus les flammes. Le parcours se prolonge jusqu’au petit matin et se termine devant la maison du maire où il est abandonné complètement calciné. Un taro pour enfant est aussi organisé. Selon la tradition, les cendres du taro protègent, purifient et fertilisent. En les répandant dans tout le village, elles éloignent les mauvais esprits. La fête est accompagnée de concerts de musique, de danses aranaises et d’un grand bal populaire.

https://www.ccma.cat/video/embed/5967909/